japon crypto monnaie

et alertant les autorités dès le lendemain, classification volume plateforme cryptomonnaies affirme Reuters. Jeudi, après le piratage, l'entreprise a annoncé avoir accepté un investissement de 5 milliards de yens (45 millions de dollars) de Fisco, entreprise basée à Tokyo, pour une participation majoritaire dans Tech Bureau. Lautorité de régulation financière du Japon. Dans un communiqué publié à la suite du piratage informatique, Tech Bureau a déclaré que Zaif avait été piratée dans une fentre de deux heures le 14 septembre dernier. Références : CoinSpeaker, tcoin.

Laval de la FSA permet à la Japan Virtual Currency Exchange Association (jvcea) comptant 16 services déchange de crypto-monnaies détablir une réglementation qui protège les avoirs des utilisateurs japonais tout en prévenant le blanchiment dargent au moyen de directives opérationnelles, telles que la connaissance client. Tech Bureau Corp, la société basée à Osaka qui détient la plateforme d'échange, a déclaré que les pirates y avaient eu accès pendant plus de deux heures le 14 septembre dernier et volé de l'argent du portefeuille de Zaif dans lequel le bitcoin et d'autres. Likez Business Insider France sur Facebook! Selon lagence de presse locale Kyodo News, lentreprise aurait demandé une aide financière de 5 milliards de yens (44,6 millions de dollars) à lune de ses filiales, Fisco Ltd., afin de rembourser les utilisateurs victimes de ce piratage. Le bitcoin est une devise officielle au Japon depuis avril 2017, et certains commerçants du pays acceptent déjà les paiements avec cette monnaie virtuelle, a rapporté le Washington Post. Les critiques ont fait rage suite aux battages médiatiques autour des piratages et escroqueries au sein des services déchange de crypto-monnaies basés au Japon.». La Financial Services Agency (FSA) ouvre la voie vers lautorégulation des crypto-monnaies par laquelle elle se voit libre de contrôler et sanctionner les crypto-bourses en cas de violation des règles établies.